Qu 'est-ce que l'intelligence ? Vers une approche "scientifique " de la notion d'intelligence

Mis à jour : avr. 27

Synthèse de l'exposé de Franck Remus - Conférence AFIS - Février 2020

ACTE 1 - QU’EST-CE QUE L ’INTELLIGENCE ?


« L’intelligence ce n’est pas ce qu’on sait, mais ce que l’on fait quand on ne sait pas »

Jean Piaget


« L’intelligence est une capacité mentale très générale qui implique, entre autres, la capacité à raisonner, planifier, résoudre des problèmes, penser de manière abstraite, comprendre des idées complexes, apprendre rapidement et apprendre de ses expériences »

Linda Gottfredson


Il existe bien d'autres définitions, et c’est ainsi un mot du langage courant, une notion intuitive, chacun pouvant en avoir sa propre définition.

Au début du siècle Piaget en France et Spearman en Angleterre (1904) ont cherché à analyser cette notion avec une approche scientifique.


Spearman a constaté qu’il existait chez les élèves des corrélations entre leurs notes dans différentes matières. Les élèves bons dans une matière étaient le plus souvent bons d’autres matières. Cherchant à en analyser les raisons, ses recherches l'ont conduit au concept d’analyse factorielle, qui lui-même permet de d le facteur commun entre ces différents résultats.


Étendu hors du champ scolaire, le concept d’analyse factorielle a permis de calculer une moyenne pondérée de scores à des différents tests plus spécifiques, et d’en déduire l’existence d’un facteur commun à ces différents tests : le facteur G, correspondant à la notion d’intelligence générale, c’est-à-dire la part commune entre les performances des différentes fonctions cognitives.


Weschler a alors conçu des batteries de tests et constaté une corrélation positive entre différentes aptitudes, ce qui a permis d’en déduire le facteur G qui, aujourd’hui, est celui qui résume le mieux la performance générale à partir de sub-tests.


Il a aussi été constaté que certains sub-tests sont plus corrélés entre eux que d’autres (par exemple subtests « similitudes » et « vocabulaire », « cubes » et « puzzles visuels »…), ce qui a permis d’identifier 5 indices de capacité cognitive distincts :

- compréhension verbale

- vision spatiale

- raisonnement fluide,

- mémoire de travail

- vitesse de traitement


Il a par ailleurs été identifié une corrélation positive entre ces 5 indices, ce qui a permis d’arriver à la mesure d’une score général, donnant le résultat du test de QI.


Franck Ramus conclut :


- Les multiples corrélations entre les mesures des fonctions cognitives sont une découverte empirique (i.e. qui s’appuie sur l’expérience et l’observation, et non sur une théorie ou un raisonnement)


- Il en découle l’existence d’un facteur G, facteur commun à toutes les fonctions cognitives


- Il parait légitime de nommer ce facteur G « intelligence générale »


- C’est ce facteur G qui donne à la notion d’intelligence une base scientifique